Rechercher
  • cedolindelphine

J'élève mon enfant à l'étranger: comment lui transmettre ma culture?

Dernière mise à jour : mars 27

Pour la majorité des parents français vivant à l'étranger, il est important de développer chez leurs enfants un sentiment d'appartenance envers la France, ne serait-ce que pour maintenir la relation avec les grands-parents et le reste de la famille résidant dans leur pays d'origine. Cependant, plus le temps passé à l'étranger est long et plus ce sentiment d'appartenance a besoin d'être entretenu.


Familles expatriées


Lorsque les deux parents sont français, que les voyages vers la France sont réguliers et que les enfants vont à l'école française dans le pays où ils habitent, le sentiment d'être français se développe de manière naturelle.


Familles mixtes


La situation se complique lorsque les enfants n'apprennent pas le français à l'école et encore plus lorsque le français n'est pas la seule langue parlée à la maison, ce qui arrive fréquemment dans le cas où les parents sont originaires de cultures différentes.

Entretenir un sentiment d'appartenance

Plus la culture française est présente dans la vie quotidienne des enfants, plus ceux-ci s'y reconnaitrons plus tard. Plus les liens tissés avec la famille vivant en France sont forts, plus les enfants ont un interêt à apprendre la langue et plus ils se sentiront chez eux en France à l’âge adulte. Si les histoires du soirs sont racontées en français, si les dessins animés sont regardés en français, si l’on cuisine français à la maison, ces éléments culturels feront partie de la vie des enfants. Il est bénéfique d'entretenir des relations régulières avec les membres de la famille vivant en France, à distance, par les applications incluant une caméra si possible. On peut par exemple organiser des ateliers cuisine en ligne avec les grands-parents pour les plus petits. On peut encourager les plus grands enfants à avoir des contacts directs avec les membres de la famille. Dans le cas où les enfants sont réticents, il est important de ne pas les forcer mais par contre de parler régulièrement des membres de la familles, de mentionner tout évèment familial, de placer des photos de famille à la maison, etc...


L'apprentissage de la langue


L'apprentissage de la langue se fait naturellement si l'on parle français à l’enfant dès la naissance. A l'âge où l'enfant apprend à parler, il suffit en général d’insister pour qu'il réponde en français et lui faire répéter les mots si nécessaire. Lorsque le parent est patient et sûr de lui, l'apprentissage se passe généralement en douceur, sans réticence. Lors des voyages en France l’enfant pourra perfectionner son français et adoptera la langue.


Il est difficile de donner des règles parce que dans ce domaine, il est important que chaque parent agisse d'une manière qui lui corresponde et qu'il s'adresse à son enfant de façon naturelle. Cependant la consistance aide l'apprentissage. Il est difficile de changer une habitude. Ainsi, l'enfant intégre la langue qu'on lui parle réglièrement dès son plus jeune âge. Dans le cas où le parent français s'adresse à lui dans la langue locale et non en français, l'apprentissage sera moindre que dans le cas où le français est la langue de communication systèmatique du parent. Cela va de même pour l'expression orale: Si dès l'acquisition du langage on encourage l'enfant à répondre, demander et s'exprimer en français, il en prendra l'habitude. En communiquant en français, le parent crée le besoin chez l'enfant et l'apprentissage en est facilité.


Ce qui est plus difficile est l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. Cela implique souvent des cours particuliers lorsque les enfants ne vont pas à l’école française et les réticences sont plus grandes. Tous les enfants d’une même fratrie ne développent pas le même rapport avec le pays d’origine de leur parent français. Il est donc possible que l’un des enfants apprenne à lire et écrire le français avec enthousiasme alors qu’un autre n’en voie pas l’intérêt. Il revient alors aux parents de savoir motiver leur enfant. Cela peut se faire par un apprentissage plus ludique ou bien par le biais d'une activité que l'enfant affectionne. Par exemple un enfant qui aime cuisiner aimera chercher des recettes sur les sites de cuisines ou bien écrire ses propres recettes. On peut abonner l'enfant à un magazine qui l'intéresse. En alliant les centres d'intérêts de l'enfant avec la langue française, celui-ci se laisse en général séduire facilement. Il est important de comprendre que plus l'enfant ressentira le besoin de lire et écrire en français, plus il sera enclin à apprendre.


Il arrive aussi qu'un enfant montre un refus catégorique face à l'apprentissage du français. Cela peut arriver par exemple dans le cas où l'enfant ne se sent pas du tout français, dans le cas où il se sent trop différent de ses copains et veut se sentir comme les autres, dans le cas où il éprouve des difficultés d'intégration à l'école, dans le cas où il est en rapport de force avec ses parents. Devant ce refus, le parent français peut alors choisir de ne pas insister ou bien d'imposer de force cet apprentissage, ce qui peut jouer évidemment sur la relation entre le parent et l'enfant. Une telle situation est d’autant plus dommage qu’elle va complètement à l’encontre de ce que le parent désire en général, à savoir que l'enfant développe un sentiment d'appartenance envers la France. Ainsi, un enfant peut développer un sentiment de rejet face à la langue qui lui est imposée et décider plus tard de rompre définitivement ce lien qu'il associe à des souvenirs douloureux. Contrairement à cela, il arrive également qu’un enfant ayant été hermétique à la culture d’origine de son parent alors qu’il était jeune, développe à un âge plus tardif le besoin de recréer un lien avec cette culture.


270 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout